Antimissiles stratégiques: le grand délire technique?

Visits: 32

Bonsoir,

L’interception de missiles tactiques ou stratégique d’une portée supérieure à 500km est actuellement à la mode, vu la multiplication des menaces nucléaires. Historiquement, les premiers systèmes faisaient appel à des explosions nucléaires en altitude pour l’interception. ces systèmes étaient encadrés par le traité ABM, les Russes ayant choisi de protéger Moscou, les USA un site de lancement (silos)

Lors de la première guerre du Golfe, en 1991, les USA ont testé grandeur nature l’efficacité des Patriot contre les SCUD et apparentés avec un taux de réussite réel faible, voire nul (?) sauvés par l’imprécision de l’arme attaquante et la faiblesse de sa charge offensive (de mémoire 300kg d’explosifs pour le missile SCUD à portée allongée à 900 km). L’usage du Patriot lors de la guerre du Yemen, plus récente a montré une certaine inefficacité, l’aéroport de Riyad ayant été atteint par une ogive tirée à 1000km environ, avec un delai de réaction de l’ordre de dix minutes seulement

Le stade suivant a été le THAAD américain, le début des essais étant mauvais, ils se sont amélioré en condition expérimentale. S’en est suivi un système basé en Alaska pour intercepter les tirs (nord- coréens ou Chinois?) de fiabilité encore douteuse lors d’essais contrôlé. La Chine est également rentrée dans cette course avec un peu plus (?) de succes.

Aucun de ces système n’a jamais été testé lors d’un conflit réel.

Raisonnons maintenant à la mode de l’attaquant: La partie la plus sensible à l’interception est le vol propulsé du missile: En effet à ce moment là, il y a  peu d’objets en vol, donc la défense se trouve avantagée, d’autant qu’il est quasi impossible d’user de leurres…a moins d’imaginer le tir simultané de fusées inertes chargées de détourner le tir de l’antimissile.

Une fois la ou les ogives larguées, la situation côté défenseur devient plus critique, en effet, il va se trouver confronté à une multitude d’objets en vol, de la coiffe en passant par des leurres volontaires. A ce niveau, il y a 2 possibilités: Chercher à camoufler l’attaque (difficile et coûteux) soit au contraire à rendre tout bien brillant aux yeux des radars, via des reflecteurs voire même par des répéteurs actifs et d’émetteurs infrarouges relativement faciles à réaliser pour attirer la tête chercheuse de l’antimissile. L’important dans le second cas étant de multiplier le nombre d’objets potentiellement dangereux. Il est à noter qu’une fois dans l’espace, l’ensemble de ces objets se déplacent à la même vitesse, sur des trajectoires proches.

A la descente, pour un ICBM la tête file à environ 20 fois la vitesse du son, pour finir sa trajectoire à 7-10 fois cette même vitesse. La tête peut manoeuvrer pour rendre l’interception difficile, d’autant que le temps de réaction est extrèmement court et que l’engin parcourt les derniers 300-400km en 2 minutes maximum….

Ces systèmes antimissiles ont pour caractéristiques d’être couteux, au point qu’il n’est pas sûr que l’antimissile soit moins cher que le missile avec sa tête nucléaire….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *